POLLEC : kesako?

 

Il s’agit de l’acronyme signifiant : POLitique Locale Energie Climat.

Avec dix autres communes entourant la ville de Namur, la commune de Floreffe s’est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% pour 2020 et 40 % pour 2030. Projet très ambitieux qui touchera toute la population et les entreprises. Mais il ne pourra être atteint qu’en combinant une réduction très importante des consommations d’énergie, en particulier des énergies fossiles comme pétrole, gaz et charbon et en développant simultanément des productions d’énergies renouvelables. Cela impliquera des modifications importantes de nos modes de vie, de déplacement, de production et de consommation.

L’inventaire des productions de gaz à effet de serre sur une ville comme Namur fait apparaître que le secteur transport intervient à lui seul pour 40% des émissions, devant le secteur résidentiel pour 34%, le tertiaire (écoles, hôpitaux, commerces) pour 24% tandis que les activités communales n’interviennent que pour 2%. Même si le diagnostic qui sera établi sur Floreffe laissera apparaître des différences par rapport aux chiffres de Namur, l’objectif est ambitieux. L’enjeu, à savoir la limitation de l’augmentation de température de la planète, est capital pour les générations futures.