Informations sur la rentrée scolaire

Les différentes implantations de l’école communale accueillaient fin septembre 564 élèves (212 en maternelle et 352 en primaire). Cette population est globalement en nette augmentation (+62%) depuis 2002.

Les travaux d’aménagement et d’agrandissement des implantations de Floriffoux et Soye, réalisés il y a quelques années, ont favorisé naturellement cette augmentation de population scolaire. Celle-ci est aussi le signe de la satisfaction des parents et confirme la qualité du travail réalisé par l’ensemble du personnel, direction, enseignantes et enseignants, soutien administratif, logopèdes, accueillantes, personnel d’entretien.

La légère baisse de population scolaire intervenue cette année après toutes des années d’augmentation a toutefois conduit le groupe Ecolo à s’interroger sur les causes. L’objectif n’est naturellement pas de faire du chiffre pour du chiffre et de vouloir que chaque année la population scolaire augmente. Et nous savons que certaines infrastructures sont à la limite au point de vue capacité d’accueil (par exemple la Maison des enfants à Buzet mais aussi Floriffoux et Soye). Mais il est néanmoins utile de s’interroger sur cette diminution qui est peut-être uniquement conjoncturelle.

 

Convention entre la Province de Namur et la commune de Floreffe relative à l’entretien des cours d’eau non-navigables de 3° catégorie.

Les cours d’eau et ruisseaux sont classée en trois catégories distinctes :

  • Catégorie1 : les cours d’eau navigables comme la Sambre (et les anciens bras de Sambre). C’est le SPW Voies hydrauliques qui en a la gestion.
  • Catégorie 2 : les ruisseaux les plus importants comme le Ry des Miniats, le ruisseau de Floreffe, gérés par la Province
  • Catégorie 3 : les petits ruisseaux gérés par la Commune
  • et enfin hors catégorie, des tout petits ruisseaux dont l’entretien incombe aux riverains.

La province de Namur se propose d’apporter un appui à la commune pour l’entretien de certains ruisseaux de 3° catégorie. Dans un premier temps, il s’agit du ruisseau 9007 à Floriffoux (celui qui descend du bois de Flawinne et aboutit à la rue Favauche). Dans l’inventaire des points noirs établi par le contrat de rivière Sambre, il est question de dégradation faite par l’exploitant forestier. Quelles démarches ont été entreprises afin d’éviter de nouvelles dégradations après remise en état du cours d’eau. Idem en ce qui concerne les démarches avec les riverains afin d’éviter des encombrements par des déchets verts.

De manière plus large, quel est l’avancement du programme d’action 2017-2019 de l’ASBL Contrat de Rivière. Le pont rue St-Amand a été réparé, une passerelle a été posée sur le Ry des Miniats près de la rue du Fayt. Mais quelles actions ont été menées concernant les autres points noirs (dépôts de déchets verts le long des berges, lutte contre les plantes invasives, clôture des berges le long des prairies…)

L’action « Erosion- dégradation naturelle des berges par le courant » (rue de Spy, près dun pont de Sambre) a-t-elle pu évoluer vers un renforcement de la berge (il s’agit d’une responsabilité de la province car cours d’eau de 2° catégorie) .

En ce qui concerne la « Wateringe », quels sont les projets tant à Floriffoux qu’à Soye. Et le financement des travaux d’entretien ?

 

Acquisition d’une borne de service pour l’aire de motorhomes à la rue des Déportés.

Les travaux d’aménagement de cette aire de service située le long de la Sambre ont débuté récemment. Cette borne doit permettre la vidange des eaux usées grises et noires des motorhomes, mais aussi le paiement des nuitées, la vente d’eau potable, la vente d’électricité. Estimation de l’achat : 28.000€.

L’estimation actuelle des travaux est de 167.440€ auxquels il faut ajouter les 28.000€ pour l’acquisition de la borne. A côté des évacuations des eaux usées des motor-home, est-il prévu une toilette publique (bien utile. Voir leur présence généralisée dans les communes françaises, y compris de plus en plus des toilettes sèches).

 

Aménagement de la voirie rues Emerée et Moncia

Le montant estimatif des travaux s’élève à 580.000€ financés en partie par la SPGE (Société Publique de Gestion de l’Eau) pour les travaux d’égouttage (113.000€), un subside du Fond Régional pour les Investissements communaux de 159.000€, une participation du lotisseur (34.000€) et le reste étant assumé par la commune au moyen d’un emprunt (275.000€).

Un trottoir de 1,5m de largeur est prévu tout le long du parcours. Ce qui améliore l’accessibilité piétons dans ce quartier de Floriffoux en complément des aménagements rue de Dorlodot et rue Francot. Mais il faudrait faire en sorte que les trottoirs ne deviennent pas des zones de stationnement.

Quelles sont les mesures qui seront prises pour limiter la vitesse dans la rue Emerée lorsque celle-ci sera réaménagée ?

Il avait été envisagé de faire de la rue Emerée une troisième entrée dans Floriffoux (et en direction de Soye). Ce qui permettrait de mieux répartir les flux et de diminuer la circulation aux abords de l’école ainsi que dans la rue de Suarlée. Y a-t-il une réflexion à ce sujet.   C’est une réflexion plus globale de mobilité qui peut avoir des conséquences sur les besoins à adresser au SPW quant à l’aménagement du carrefour RN958-rue Emerée

 

Modification budgétaire de la zone de secours Val de Sambre.

 

Le passage en zones de secours qui est intervenu au 1er janvier 2015 fait en sorte que le territoire floreffois dépend de la zone de secours « Val de Sambre » qui regroupe les communes de Fosses, Mettet, Jemeppe/Sambre, Sambreville, Sombreffe et Floreffe.

L’intervention financière de chaque commune est fixée par une clef de répartition qui tient compte de la population et du montant global des revenus cadastraux.

Pour l’exercice 2017, la dotation communale avait été fixée à 281.000€.

 

Mais suite à des ajustements des traitements du personnel (dont la régularisation des pécules de vacances des pompiers volontaires), la dotation de la commune de Floreffe doit être augmentée avec effet rétroactif à l’année 2015. Pour ces trois années, cela correspond à une augmentation de 95.000€, la dotation 2017 se montant à 330.000€.

La population est naturellement en droit de disposer d’un service de secours performants. Ce qui a naturellement un coût que nous ne remettons pas en cause.
Mais il est vrai que les impositions nouvelles en termes de traitement de personnel font augmenter le coût de manière importante et non programmée. Pour l’année 2017, la dotation communale augmente de 17% et s’établit à 42€ par habitant.

Que devient la part du fédéral dans l’ensemble des dotations des pouvoirs publics (fédéral, province, communes) ? On sait par exemple qu’au niveau des zones de police, la part fédérale initialement fixée à 50% a tendance à diminuer.

Sur base du budget modifié de 2017, quelle évolution est prévue pour les années futures ?