Face à un certain nombre de grands projets, le groupe Ecolo demande que soit présentée par la majorité une vue à long terme de l’évolution de la dette de la commune car de nombreux projets pour un total de près de 6 millions d’euros ont été annoncés par l’actuelle majorité.

En l’occurrence, lors de ce conseil communal, la majorité a présenté trois projets qui totalisent un peu plus de 2 millions d’euros. Le groupe Ecolo s’étonne que ces projets arrivent sur la table du conseil communal trois semaines avant les élections alors que dans une circulaire datant du 5 mars 2018, la Ministre des Pouvoirs locaux rappelait qu’une période de prudence commence le 14 juillet et se termine le 3 décembre, période pendant laquelle doivent être reportées les décisions qui sont susceptibles d’avoir des incidences au-delà de l’exercice budgétaire en cours, qui ne revêtent pas un caractère d’urgence et qui ne sont pas immédiatement indispensables.

Néanmoins, le groupe Ecolo a voté favorablement pour le projet de construction d’une salle ouverte à l’arrière de la maison de la musique (246.000€) et de rénovation et construction d’une salle de fête à la maison de village de Floriffoux (1.547.000€) car le report pourrait avoir pour conséquence la perte d’importants subsides et aussi parce que ces projets sont en réflexion depuis plusieurs années.

Par contre, le groupe Ecolo s’est abstenu au sujet de l’achat de l’ancienne gendarmerie: en effet, si le maintien dans le domaine public d’un bâtiment  qui a une valeur patrimoniale peut justifier l’achat, par contre la transformation de ce bâtiment en musée de la police conduira à des transformations (planchers, sécurité, ascenseur…) qui feront gonfler le prix final nettement au-delà du prix d’achat (257.500€). En l’absence de plan financier à long terme,

 le groupe Ecolo s’est abstenu. En effet, tous ces projets auront un impact important sur l’équilibre financier de la commune dans les prochaines législatures.

 

 

Questions complémentaires

Suite à une question posée au collège lors du conseil communal de mai et restée sans réponse. Depuis deux ans, la commune a adhéré au programme POLLEC2 (Politiques Locales Energie-Climat) mais à ce jour, aucune concrétisation de ce plan n’a été mise en oeuvre alors que ce plan prévoit une réduction de 40% des émissions de CO2 à l’horizon 2030, soit dans 11 ans. Réponse de Marc Remy: aucune nouvelle car le BEP respecte la période de prudence avant les élections

 

Arrosage du terrain de football : Suite à la tenue du salon du vin en novembre, la pelouse du terrain de football a été fortement endommagée.Des travaux de semis ont été effectués au printemps mais vu la sécheresse, la rénovation de la pelouse était compromise. Pour favoriser la repousse du gazon, le terrain a été arrosé durant de nombreuses semaines. Mais l”arrosage a été mené en pleine journée sous un soleil ardent, ce qui peut brûler le gazon. D’autre part, l’achat du matériel d’arrosage et la consommation d’eau de distribution ont un coût important pour la commune et le centre sportif… qui dépasse largement le montant de la location du terrain par l’ASBL St-Vincent pour l’organisation du salon du vin.

 

Outre l’arrosage, la commune a aussi déboursé un complément de 1.700€ pour la pulvérisation d’un produit s’attaquant au ver blanc.. Donc, le public paie pour le privé. Et l’estimation d’une remise en état correcte du terrain suite à la foire au vin tourne autour des 25.000€. Le groupe Ecolo estime que la compatibilité des deux activités n’est plus rencontrée et que de ce fait priorité doit être donnée à l’activité sportive puisque c’est la fonction affectée à ce terrain et ses vestiaires-cafétéria.